Relations publiques : quand les bonnes nouvelles ne sont pas…des nouvelles!

fermeture-target

Au début du mois de mars, j’ai collaboré au Sommet HOP du commerce de détail pour notre client, le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD). J’ai eu l’occasion d’assister à la conférence du journaliste René Vézina qui s’intitulait « Comment contrer les vents adverses qui soufflent sur le commerce de détail ».

Durant sa conférence, René Vézina rappelait la phrase suivante : «Good news is no news»

Cette phrase m’interpelle, car elle illustre une réalité du travail en relations publiques : intéresser les médias avec une nouvelle positive est tout un travail !

Lors d’une autre conférence cet automne, une conseillère en communication d’une organisation à but non lucratif a demandé aux journalistes – qui étaient panélistes à cette occasion – comment elle pouvait les intéresser alors qu’elles n’avaient que de bonnes nouvelles à leur offrir. Les journalistes n’ont pas pu répondre à cette question…

«Les bouleversements» du commerce de détail

Source : La Presse
Source : La Presse

 

Il y a eu plusieurs fermetures de magasins ces derniers mois : Jacob, Mexx, Smart Set, les boutiques Sony, Future Shop cette semaine et, évidemment, Target.

Or, le commerce de détail au Québec se porte… bien !

  • les ventes de 2014 ont progressé et dépassé les attentes (augmentation de 2,6 %).
  • il y a eu 4 000 nouveaux emplois grâce à ce secteur le CQCD prévoit une progression des ventes de 2,5 % pour 2015.

Toutefois, la perception que l’industrie va mal demeure. Pourquoi ? Parce que les médias véhiculent davantage les mauvaises nouvelles que les bonnes.

Pendant sa conférence, M. Vézina témoignait que les médias mentionnent rarement l’ouverture de magasins, alors que les fermetures obtiennent une couverture plus importante.

Pour vérifier ces faits, j’ai donc comparé l’ouverture, grandement attendue, de Target au Québec et la fermeture de la chaîne :

  • entre août et décembre 2013, l’ouverture de Target au Québec, en septembre 2013, a été mentionnée 165 fois dans les médias francophones (quotidiens et web) du Québec
  • lors de l’annonce de la fermeture, en janvier 2015, et jusqu’à présent, 481 articles ont parlé de cette chaîne !

En clair : la fermeture de Target a été trois fois plus médiatisée que son ouverture dans la presse écrite au Québec !

L’importance d’être présent… même quand ça va mal

L’exemple de Target illustre bien qu’il est ardu de maintenir une image favorable de son organisation, alors que les périodes difficiles sont fortement couvertes par les médias.

Pour contrebalancer le poids des mauvaises nouvelles dans l’industrie du commerce de détail, le CQCD et son président, Léopold Turgeon, se veulent visibles dans les médias. Ainsi, M. Turgeon n’hésite pas à commenter et à se prononcer sur son industrie, même si certains sujets peuvent être délicats, comme les raisons du départ de Target du Canada.

Grâce à son ouverture auprès des médias, le CQCD bénéficie d’une couverture favorable malgré tout. Certains reportages illustrent bien la vitalité du secteur du commerce de détail québécois, notamment l’article Retail conference tackles e-commerce issues in Quebec paru en une du quotidien The Gazette et le reportage d’Olivier Bachand à RDI Économie, le 10 mars dernier.

Ces deux retombées combinées valent plus de 86 580 $ en gain de réputation pour le CQCD, selon l’outil d’évaluation des médias mesure [d].

Et vous, que faites-vous pour valoriser vos bonnes nouvelles ?

Source: La Presse
Source: La Presse

Vous aimerez peut-être aussi

0 commentaire(s)