Relations publiques : 12 trucs pour se planter !

 

Blogue pour se planter

 

 

 

 

 

 

 

Même si de plus en plus d’organisations de toutes tailles et de tous les domaines misent sur des ressources internes en relations publiques, l’apport des cabinets en relations publiques n’a jamais été aussi important et pertinent.

 

Mais, attention :

 

Pour que les cabinets de relations publiques

soient synonymes de valeur ajoutée,

il est essentiel que les bases avec les clients

soient établies sur du solide.

 

Que ce soit comme dirigeant d’un cabinet de relations publiques ou à titre de président de l’Alliance des cabinets de relations publiques du Québec, je mise continuellement sur la valeur ajoutée des cabinets de relations publiques, en complémentarité et en synergie avec les communicateurs et les dirigeants des organisations.

 

Inspirée du dépliant « 12 conseils pour être sûr de rater ses relations publics » qui a été produit par Syntec RP  – l’équivalent français de l’Alliance des cabinets de relations publiques du Québec – voici une liste ce qu’il faut faire pour rater assurément un partenariat entre des consultants en relations publiques et des clients :

 

1)      Ne pas préparer un briefing précis, ne pas avoir d’objectif clair;

 

2)      Inviter le plus grand nombre possible de cabinets en compétition;

 

3)      Choisir un cabinet les yeux fermés, celui qui fait rêver;

 

4)      Laisser votre partenaire se débrouiller en ne l’informant pas sur vos véritables enjeux et défis;

 

5)      Donner des briefings incomplets et à la dernière minute;

 

6)      Improviser lors des prises de parole avec les médias;

 

7)      Se faire promettre de faire la « une »;

 

8)      Cacher les retombées de presse pour ne pas susciter de jalousie au sein de l’organisation;

 

9)      Confier les médias sociaux à un spécialiste du web;

 

10)  Solliciter gratuitement des idées auprès de votre cabinet;

 

11)  Ne pas évaluer les résultats ou ne considérer que les données quantitatives;

 

12)  Changer continuellement de cabinet de relations publiques dans le but de réduire les coûts.

 

 

Le secret de la réussite, c’est…

 

Partout, il existe de très beaux cas d’organisations qui ont su bâtir des relations durables avec des cabinets de relations publiques de toutes tailles.

 

À titre d’exemples, vous me permettrez de mentionner les relations de qualité que ma firme, DIRECTION Communications stratégiques, entretient avec Specialized Canada (depuis 1994), le Groupe Uniprix (1995) et Costco (2006).

 

À quoi attribue-t-on le succès des relations entre un cabinet de relations publiques et une organisation ?

 

À au moins deux questions, auxquelles sont liées des réponses précises dont il faut véritablement tenir compte. Les voici :

 

 

 

Lorsque l’on prend la peine de se choisir, de part et d’autre,

« pour les bonnes raisons » et dans un contexte clairement défini,

les conditions gagnantes de réussite seront

obligatoirement réunies !

  

Qu’en pensez-vous ?

Vous aimerez peut-être aussi

0 commentaire(s)