P.K. Subban fait-il des relations publiques ?

Blogue-PK-SUBBY

 

 

 

 

 

 

En plus de se démarquer dans l’uniforme de la Sainte-Flanelle, Pernell Karl Subban crève l’écran à chacune de ses apparitions à la télévision et il est très présent dans la presse écrite. Et tout comme Robin des Bois, il prend de l’argent aux riches pour en distribuer aux plus démunis…

 

Question : Est-ce que P.K. Subban fait des relations publiques ?

 

La réponse suit un peu plus bas. Mais d’abord, regardons les faits.

 

Le Club de hockey Canadien  n’avait pas aligné un joueur aussi charismatique que P.K. depuis… Guy Lafleur ! Ce qui n’est pas peu dire…

 

Depuis qu’il a signé son mirobolant contrat qui lui rapporte 9 millions $ par saison et qu’il porte avec fierté le « A » sur son chandail, le numéro 76 est omniprésent dans les médias anglophones… et francophones, malgré le fait qu’il ne parvient toujours qu’à dire des banalités telles « Bonjour Montréal ». C’est à peu près la seule chose que son public peut lui reprocher…

 

Au cours des dernières semaines, P.K. a notamment crevé l’écran au Banquier et à En mode Salvail . À la mi-décembre, il a fait la une du magazine social L’Itinéraire

 

Le voici ici lors de son passage Tout le monde en parlecet automne :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=JlZs5Eekgbo[/youtube]

 

Toujours tiré à quatre épingles, il a le mot juste. Même s’il ne dit que des généralités. Parce qu’il ne faut pas s’attendre à de véritables confidences, ni à une analyse poussée de la société en lisant l’entrevue accordée à l’Itinéraire… Mais peu importe : son public de tous les âges craque !

 

P.K. est également un formidable joueur de tours et il n’a pas son pareil pour faire la manchette, comme il l’a démontré à quelques heures de Noël…

 

Invité à une activité regroupant des enfants démunis,

P.K. s’est présenté à l’événement déguisé

en… agent de sécurité !

 

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=IUhxVG9_zwA[/youtube]

 

Oui, P.K. fait des RP !

 

Que cela plaise ou non : oui, P.K. Subban fait des relations publiques !

 

Voici la définition des relations publiques, telle que formulée par Terry Flynn, Fran Gregory et Jean Valin en 2008 pour la Société canadienne des relations publiques (je me suis permis d’ajouter ce qui est en gras) :

« la gestion des relations entre une personne ou une organisation et ses divers publics par l’entremise de la communication, afin d’atteindre une compréhension mutuelle, de réaliser les objectifs personnels ou organisationnels et de servir l’intérêt public. »

 

Regardons les faits :

  • par l’entremise de la communication, P.K. Subban a pris en main – il y a déjà un moment – la gestion de ses propres relations avec ses divers publics.

 

De toute évidence, l’équipe des communicateurs du CH le guide et lui prépare des messages clés. Mais il est plus que probable que les coups d’éclat tels son déguisement en agent de sécurité soient de son cru !

 

  • la compréhension mutuelle est à la base de l’impact fulgurant de P.K. dans la communauté québécoise et bien au-delà : le 76 est très conscient des attentes de son vaste public et de ce que son horaire – et son cœur débordant ! – peuvent donner.

 

  • il semble évident que P.K. veut devenir – et demeurer – le joueur le plus populaire du CH, et ce, durant tout le temps où il arborera la Sainte-Flanelle. Sans oublier un objectif personnel à peine voilé : recevoir le « C » en guise de « consécration » !

 

Et l’intérêt public, dans tout cela ?

 

Ce n’est pas toujours un cas de survie… mais, dans ce cas-ci, il est néanmoins bien servi (à part la maîtrise de la langue de la majorité de ses fans).

 

Mais qui sait… P.K. pourrait peut-être se déguiser en Molière à la prochaine occasion !

 

Attention !

 

Ceci dit…

 

Être sensible à ses publics et s’engager dans la société,

c’est une chose.

Devenir un stratège en relations publiques en est une autre.

 

L’histoire regorge d’anciens athlètes qui, parce qu’ils étaient adulés par le public, avaient une belle gueule et s’exprimaient bien, se sont vu confier des fonctions appelées « relations publiques », « relations extérieures, etc. ».

 

Pour un Jean Béliveau – qui était dans une classe à part – on ne compte plus les choix malheureux. Pas plus tard que l’an dernier, le président d’une entreprise s’est mis le pied dans la bouche… et c’est un ancien joueur du CH qui « devait » le sortir de cette situation embêtante. Après une première intervention, on ne l’a plus revu…

 

Pour devenir un stratège en relations publiques, non seulement faut-il compter sur une formation solide et développer une véritable expertise, il faut aussi avoir un tempérament approprié. Car, aussi charismatique soit-il, je ne peux imaginer P.K. Subban insuffler un grand calme au sein d’une cellule de gestion de crise…

Vous aimerez peut-être aussi

0 commentaire(s)