Le Code Québec et les relations publiques

161024-visuel-code-quebec

Trente ans à prendre le pouls des Québécois, jour après jour, ça génère tout un bagage !

 

C’est ce contenu d’une grande richesse que le chercheur Jean-Marc Léger a brassé dans tous les sens avec ses collègues Pierre Duhamel et Jacques Nantel. Résultat ? L’excellent ouvrage Le Code Québec : les sept différences qui font de nous un peuple unique au monde .

 

À la différence des 36 cordes sensibles des Québécois  – un ouvrage marquant basé sur les observations intuitives du regretté publicitaire Jacques Bouchard – le Code Québec nous brosse un tableau extrêmement détaillé, fruit de quelque 30 000 sondages, groupes de discussion, études de marché ou recherches sociologiques et économiques réalisées au Québec, aux États-Unis et dans une centaine de pays dans le monde.

 

Bilan ? Le Québec est un peuple à la fois heureux, consensuel, détaché, victime, villageois, créatif et fier. Donc, un peuple aussi rempli de contradictions, aujourd’hui, qu’à l’époque où l’humoriste Yvon Deschamps disait que nous voulions un Québec indépendant dans… un Canada fort !

 

Pour les professionnels des relations publiques… entre autres !

 

Les sociologues se régaleront à la lecture de cet ouvrage de 237 pages. Les professionnels de la recherche, du marketing, de la publicité et du web aussi. Les philosophes et beaucoup d’enseignants au CEGEP et à l’université, tout autant.

 

Mais, j’ai l’impression que Le Code Québec : les sept différences qui font de nous un peuple unique au monde a été écrit précisément pour guider les professionnels des relations publiques. Voici pourquoi.

 

Nous sommes des observateurs par excellence de ce qui se passe dans tous les secteurs de l’activité socio-économique. Nous sommes de plus en plus présents et influents à la table des décideurs. Et nous prévoyons ce qui surviendra au tribunal de l’opinion publique.

 

Il est donc plus qu’utile qu’un tel ouvrage se retrouve dans les mains des professionnels des relations publiques de tous les âges et de tous les milieux. Et aussi, dans les mains de nos clients de l’extérieur du Québec ! Parce qu’il regorge d’observations et d’analyses qui nourrissent la réflexion, et de statistiques qui frappent en plein front…

 

« Sur les 500 attitudes et comportements testés au Québec et au Canada, 71 % étaient similaires. Mais, ce sont les 29 % qui font toute la différence ! ».

 

Ce livre permet également de faire des liens qui seront très utiles à ceux et celles qui travaillent en affaires publiques. Voici un exemple :

 

  • « C’est au Québec que le phénomène du « pas dans ma cour » est le plus présent. (…) On s’oppose à ce qu’une usine de recyclage, une éolienne ou une ligne de transport d’électricité s’installe près de chez soi. Les Québécois ne veulent surtout pas sacrifier un peu de leur confort personnel pour le bien de la communauté. » (p.122)

 

  • « La majorité des Québécois préfèrent trouver un consensus alors que la majorité des anglophones du ROC estiment qu’il faut que le meilleur gagne. La recherche du consensus fait partie de l’ADN des Québécois. » (p.76)

 

  • « Les Québécois ont peur de s’engager tant au niveau politique, économique que communautaire. (…) C’est d’ailleurs au Québec qu’il y a le plus grand écart entre l’intention et l’action. Nous sommes de « grands parleurs et petit faiseurs ». (p. 96)

 

« Autrement dit : Les Québécois s’indignent plus, mais se mobilisent moins. Il s’agit d’un élément-clé à connaître lorsque l’on travaille en acceptabilité sociale  ».

 

Je suggère que l’on débute la lecture de cet ouvrage par… la conclusion. Parce que l’ADN des Québécois – résumé en sept traits identitaires – y est illustré d’admirable façon : en un coup d’œil, tout est dit.

En conclusion : il s’agit d’un livre que tous les professionnels des relations publiques devraient lire afin de pouvoir mettre des chiffres sur les comportements de leur public cible : les Québécois.

1 commentaire(s)

  1. Jean-Marc Léger 2 années auparavant

    Pierre a très bien saisi l’essence de ce livre qui vise d’abord et avant tout à sortir des lieux communs, des anecdotes et des légendes urbaines. Le Québec n’est plus ce qu’il était. Il est plus ambitieux, plus entrepreneurial et plus ouvert sur le monde.

    Répondre J'aime Je n'aime pas